Nouvelles

BURKINA FASO : Le bilan du projet PAPSIFER 9

Le 31 décembre dernier soulignait la fin du Projet « Réalisation d’actions ciblées au profit des orpailleurs et des populations des sites aurifères au Burkina Faso », connu aussi sous le nom de PAPSIFER 9.

En effet, il s’agissait de la 9e phase d’une série de projets similaires, financés depuis près de 14 ans et visant à renforcer les mesures de prévention de la transmission du VIH/SIDA et des infections sexuellement transmissibles (IST), en ciblant plus particulièrement les populations vulnérables. Ce projet, dont le budget était de 199 932 600 FCFA, soit environ 432 654 $ CA, s’est échelonné sur un an, du 1er janvier au 31 décembre 2017.

Principales actions

La stratégie d’intervention comprenait deux principaux volets: un soutien médical aux formations sanitaires partenaires et un volet communautaire visant à appuyer des associations locales pour sensibiliser les populations ciblées. De ce fait, 15 sites aurifères ont été retenus dans cinq districts sanitaires distincts (Manga, Boussé, Réo, Ziniaré et Zorgho).

L’équipe a appuyé les activités de prise en charge médicale, notamment en organisant des sessions de formation dans les cinq districts afin de renforcer les capacités des agents et des agentes de santé sur la prise en charge syndromique des IST. De surcroît, des kits de traitements des IST, du matériel médicotechnique, ainsi que des consommables ont été achetés et distribués dans les centres de santé. Par ailleurs, des postes de santé amovibles ont été érigés pour faciliter l’accès aux soins de certaines populations des sites aurifères éloignées des centres de santé. De plus, des activités de sensibilisation ont aussi été organisées par les associations communautaires partenaires sélectionnées par le projet (projections de films/vidéos, pièces de théâtre, kiosques, conférences – débats, etc.).

Pour la suite

Bien que les résultats de PAPSIFER 9 soient positifs, il reste encore beaucoup à faire. La continuité des activités est donc essentielle et même souhaitable pour éviter un rebond de l’épidémie et atteindre les ambitions souhaitées par les autorités locales, soit une génération sans SIDA en 2030.

Une éventuelle suite au projet PAPSIFER 9 aura lieu au cours de l’année 2018. Plus de détails sont à venir.